Vive les artistes que nous sommes tous !

Chers amis, chers partenaires, chers abonnés,

Que dire qui n’ait déjà été dit dans ce contexte exceptionnel ?

Plutôt que la liste de ce qui est annulé, je souhaite vous annoncer les prochains rendez-vous, car c’est bon de penser qu’ils auront lieu.
Il sera toujours temps de revoir la copie plus tard si besoin.
C’est bon de se dire que lorsqu’on pourra à nouveau se retrouver, il y aura de belles choses pour nous défouler, nous rencontrer, nous exprimer.

Faites des projets, c’est bon pour le moral !

Sur les réseaux sociaux et dans les médias ce qui est le plus réconfortant en ce moment c’est la pertinence, l’inventivité, l’humour et la poésie des artistes ! Dessinateurs, auteurs, danseurs, poètes et évidemment musiciens, ils nous permettent de sourire, nous détendre, relativiser, rêver !

Cher(e)s artistes, comme je vous aime !
Cher(e)s professeurs, quels sont vos créneaux pour des cours en visio ?? Quels sont les tutos que vous recommandez ?

J’attends vos suggestions positives, vos rendez-vous futurs (pourquoi ne pas en parler vous-mêmes avec une petite vidéo maison ?), vos idées à partager, vos œuvres à relayer.

Cher(e)s artistes en herbe, profitez de ce temps à la maison pour explorer les possibles de votre esprit, votre corps, de votre voix, de votre instrument.
Dépoussiérons notre vieux clavier abandonné, ré-accordons la guitare rangée depuis trop longtemps…
Cher(e)s toutes et tous, on est tous plus artistes qu’on ne le croit : lancez-vous, vous êtes chez vous !

Portez-vous bien et à très bientôt pour la Newsletter d’avril !

Et n'oubliez pas....

SolidaritéS

Des artistes et techniciens du spectacle ont peur de ne pas avoir le nombre de cachets nécessaires au maintient de leur statut d’intermittent. Des professeurs indépendants perdent leur revenu. Les lieux, gîtes où les stages sont organisés voient les réservations s’annuler mais gardent leurs charges et mettent parfois du personnel sur le carreau.
Ils ne seront pas les seuls à y perdre.

Les commerçants, les entrepreneurs, les services publics. Des gens vont se retrouver en situation précaire d’autres vont aggraver celle qu’ils ont déjà. Beaucoup de familles vont rester dans des appartements déjà bien exigus en temps normal. Des migrants vont continuer à fuir la guerre (celle avec les bombes) et trouver des frontières encore plus closes. Des enfants ne recevront pas chez eux l’aide nécessaire au devoirs scolaires. Des personnes âgées ou isolées vont se languir, les parents vont s’exaspérer et peut-être que certains d’entre nous vont perdre des êtres chers.

La liste peut être longue et je me refuse à choisir un ordre dans les priorités. Le pire, le plus dur, le plus compliqué, le plus scandaleux…. Ça n’a pas de sens.

Il y aura des mesures exceptionnelles, probablement incomplètes et insuffisantes pour couvrir l’ensemble des besoins, mais il y en aura. Et il sera difficile d’arbitrer les choix et les priorités. Je vous propose de ne pas crier au loup tout de suite.

Il y a aussi des élans de solidarité. Certains invitent par exemple à ne pas demander le remboursement des places de concerts ou stages annulés pour soutenir les intermittents ; c’est un beau geste. Continuer à réserver (même si le risque d’annulation existe) est aussi une bonne façon de les soutenir : pour les artistes, attendre sans rien prévoir c’est prendre le risque que leur temps de suspension de travail soit beaucoup plus long que l’interdiction de faire des manifestations. La machine aurait du mal à redémarrer. Si les stages et concerts sont pleins dès la réouverture de la circulation, ce sera un peu moins difficile. Autrement dit, vous pouvez laisser le moteur artistique tourner ; celui-ci ne pollue pas 😉 C’est une idée solidaire parmi d’autres, suggérée par un des partenaires de A vous de jouer.

Partager ce courrier :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur linkedin